Facteurs de risque cardiovasculaire

Sommaire

Un taux trop élevé de cholestérol expose à un risque accru de souffrir d'une maladie cardiovasculaire, mais d'autres facteurs entrent en jeu.

 

Qu'est-ce qu'un facteur de risque cardiovasculaire ?

Les facteurs de risque cardiovasculaire sont des facteurs qui, pris ensemble ou séparément, augmentent le risque d'être atteint d'une maladie cardiovasculaire.

L'hypercholestérolémie est un exemple de facteur de risque cardiovasculaire. En s'accumulant dans la paroi des vaisseaux, le cholestérol en excès risque de boucher les artères et de provoquer un infarctus ou un accident vasculaire cérébral.

Lire l'article Ooreka

Les différents types de facteurs de risque

Il existe de nombreux facteurs de risque cardiovasculaire : les facteurs non modifiables, sur lesquels on ne peut malheureusement pas agir, et les facteurs modifiables, que l'on peut contrôler afin de diminuer le risque.

Les facteurs de risque non modifiables sont notamment l'âge et le sexe. Ainsi, les hommes sont plus touchés par les maladies cardiovasculaires que les femmes, et le risque s'accroît avec l'âge. En revanche, les femmes ayant subi une ablation de l'utérus (hystérectomie) présentent une probabilité accrue de souffrir de problèmes cardiovasculaires, a fortiori si l'intervention a eu lieu avant 35 ans.

Les facteurs de risques génétiques, c'est-à-dire la « qualité » de vos gènes, ne peuvent pas non plus être modifiés. Vous avez ainsi plus de risques d'être atteint d'une maladie cardiovasculaire si vos parents ou d'autres membres de votre famille proche en ont déjà souffert. Cependant, une bonne hygiène de vie permet souvent de contrer ces « défauts » génétiques.

Par ailleurs, diverses pathologies ayant une origine génétique peuvent jouer un rôle. Par exemple, on observe une plus forte prévalence de facteurs de risque cardiovasculaires conventionnels (obésité, hypertension, dyslipidémie, insuffisance rénale chronique, etc.), ainsi que des comorbidités cardiovasculaires (antécédents de cardiopathie ischémique) chez les adultes atteints de spondylarthrite ankylosante et porteurs de l’antigène HLA-B27, en particulier lorsqu'ils vivent au nord de l'Europe (comparativement aux sujets de la zone méditerranéenne).

Les facteurs de risque modifiables

Ces facteurs de risque cardiovasculaire modifiables sont nombreux. Ils peuvent être modifiés soit par un changement du mode de vie (alimentation, sport), soit par des médicaments. Le taux de cholestérol fait partie de ces facteurs modifiables, du moins dans l'immense majorité des cas.

Les autres facteurs de risque cardiovasculaire modifiables sont :

Facteurs de risque cardiovasculaires À surveiller car...
Surpoids ou obésité L'indice de masse corporelle supérieur à 25 (ou 30) est associé à un risque accru. Le tour de taille est également un facteur important. Chez les hommes, si le tour de taille est supérieur à 102 cm (et à 88 cm chez les femmes), cela augmente le risque cardiovasculaire.
Hypertension artérielle L'hypertension endommage les vaisseaux sanguins et augmente le risque d'accident cardiovasculaire (notamment AVC).
Tabagisme Le tabac contribue à endommager les vaisseaux. Y compris le tabagisme récent (si vous avez cessé de fumer récemment).
Alcoolisme Les patients atteints d'une cirrhose voient leurs risques de présenter un AVC augmenter de 24 %.
Sédentarité

L'activité physique permet d'entretenir les vaisseaux et le cœur.

Habitudes alimentaires L'alimentation riche en gras saturés augmente le taux de lipides dans le sang.
Diabète Le diabète correspond à un taux élevé de sucre dans le sang, mais il peut aussi augmenter le taux de cholestérol. La glycémie élevée endommage le système vasculaire. Il est donc important de suivre son traitement pour contrôler le diabète.
Stress Le stress augmente le risque d'accident cardiovasculaire, surtout s'il est chronique.
Dépression La dépression augmente significativement les risques de développer une maladie cardiovasculaire car les personnes dépressives ont un plus faible niveau d'activité physique.
Médicaments
  • Inhibiteurs de la pompe à proton : ces médicaments antiacides destinés à lutter contre les reflux gastro-œsophagiens et l'acidité gastrique augmentent de 122 % les risques de mourir d’une maladie cardiovasculaire en cas de prises répétées.
  • Diclofénac* : cet anti-inflammatoire (AINS) pourrait augmenter de façon significative le risque d’événements cardiovasculaires majeurs dans les 30 jours qui suivent l'instauration du traitement, y compris chez les personnes ne présentant initialement pas de risque cardiovasculaire (+50 % par rapport aux personnes n'en ayant pas pris).

* Source : Morten Schmidt, Henrik Toft Sørensen, Lars Pedersen, « Diclofenac use and cardiovascular risks : series of nationwide cohort studies », BMJ, septembre 2018; 362 : k3426.

Le comité français de lutte contre l'hypertension artérielle a mis en ligne un petit test en 6 questions permettant d'évaluer l'âge de ses artères en fonction des différents facteurs de risque cardiovasculaire ci-dessus. Pour vous prêter au jeu : www.comitehta.org

Le fait de travailler plus de 40 heures par semaine constitue également un important facteur de risque de pathologies cardiovasculaires (mais aussi de diabète et de cancers). Cela est tout particulièrement vrai chez les femmes, sachant que plus elles travaillent longtemps, plus les risques augmentent (travailler plus de 60 heures par semaine pendant 30 ans triple le risque de développer ces pathologies).

Lire l'article Ooreka