Sommaire

L'hypotriglycéridémie désigne un taux bas de triglycérides dans le sang. Cela fait très rarement référence à une maladie, mais plutôt à une appellation du laboratoire, qui ne prend pas toujours en compte la variabilité de chacun. Exceptionnellement, l'hypotriglycéridémie est causée par une maladie génétique, l'abêtalipoprotéinémie, et peut entraîner des symptômes. Le point dans notre article.

Fonction et métabolisme des triglycérides

Les triglycérides sont formés par trois acides gras qui constituent, avec le cholestérol, les deux formes de graisses (ou lipides) utilisées par l'organisme. Ils sont stockés dans les adipocytes (cellules graisseuses) et sont utilisés pour fournir de l'énergie en l'absence de sucre par la diète prolongée, les exercices physiques et le stress.

Les récentes recommandations françaises ont proposé une augmentation des apports nutritionnels conseillés en lipides à 35-40 % des apports caloriques journaliers.

Lire l'article Ooreka

Taux de triglycérides dans le sang : normes et variabilité

La triglycéridémie (taux de triglycérides dans le sérum) est normalement comprise entre 0,4 et 1,6 gramme par litre. Ce dosage se fait obligatoirement à jeun et il est associé aux mesures du cholestérol.

Le taux de triglycérides dans le sang varie selon différents facteurs :

  • le sexe : chez la femme, il est ordinairement plus bas que chez l’homme ;
  • le poids de l’individu, son alimentation, son exercice physique (plus élevé chez les personnes en surpoids) ;
  • l’âge : il s'élève avec l’âge ;
  • l’origine ethnique : les Américains d’origine africaine présentent en moyenne des taux plus bas que ceux d’origine européenne ;
  • la consommation de tabac et d’alcool : elles augmentent le taux de triglycérides ;
  • une grossesse ;
  • la prise de certains contraceptifs oraux contenant des œstrogènes.
Lire l'article Ooreka

Causes et symptômes de l'hypotriglycéridémie

L’hypotriglycéridémie est habituellement liée à un apport alimentaire insuffisant de triglycérides, en raison d'un régime pauvre en graisses, en particulier dans les pays souffrant de malnutrition. 

Une hypotriglycéridémie profonde peut se manifester par des troubles neurologiques ou une inflammation de la rétine. On la traite par une supplémentation en triglycérides et par la prescription de vitamine E.

Une hypotriglycéridémie grave, l’abêtalipoprotéinémie  

L’abêtalipoprotéinémie, une maladie génétique rare

L'abêtalipoprotéinémie est une maladie génétique rare qui empêche le corps d'absorber complètement certains lipides alimentaires. Elle se manifeste dès la première année de vie ou lors de la petite enfance par un taux bas de triglycérides, et touche environ 1 personne sur 1 million.

Causes et symptômes de l'abêtalipoprotéinémie

L'abêtalipoprotéinémie est causée par un gène défectueux qui joue une rôle dans la digestion de certains types de lipides et de vitamines. Ce gène doit être transmis par les deux parents pour provoquer la maladie : elle est à transmission récessive. 

Elle se manifeste par un retard de croissance, des problèmes de coordination, d'équilibre, de dextérité, de vision et de parole. Les selles sont liquides et graisseuses à cause de la malabsorption. Le volume du foie augmente et une cirrhose peut survenir.

Diagnostic et traitement de l'abêtalipoprotéinémie

Le diagnostic de l’abêtalipoprotéinémie repose sur un bilan lipidique (après 12 heures de jeûne), effectué chez le patient et ses parents. La mise en évidence de mutations sur les gènes responsables confirme le diagnostic. 

L'abêtalipoprotéinémie se traite par de fortes doses de vitamines et un régime alimentaire adapté.

Lire l'article Ooreka